Le présent résumé est basé sur l'édition française de 1976 (L'Arche, volume 5, texte français d'Armand Jacob), laquelle s'appuie sur l'édition des "Gesammelte Werke" de 1967.

 


 

Où ?

Qui ?


Résumé

Prologue   Le bonimenteur Le bonimenteur présente les principaux épisodes et personnages de "l'historique drame", et notamment Ui ("Comment ne point penser à Richard le Troisième ?")

1a

La City Flake Clark Caruther Butcher Mulberry (dirigeants du trust du chou-fleur) La situation économique de Chicago n'est pas bonne : fruits et légumes, et spécialement le chou-fleur, se vendent mal. Mais Arturo Ui propose ses services aux hommes d'affaires du trust : il peut contraindre les petits marchands à se fournir chez eux. Le groupe aimerait obtenir un prêt de la ville par l'intermédiaire d'Hindsborough ; mais le vieil homme s'y refuse, malgré les services que lui a rendus le trust. Dommage, car il a le gros avantage de paraître honnête. Butcher, cependant, a une idée...
Ecriteau  

1b

Devant la bourse de commerce Flake et Sheet, deux hommes d'affaires Flake cherche à convaincre Sheet de lui vendre son entreprise de transports pour une bouchée de pain. Mais Sheet s'y refuse. Passent Ui et Roma les gangsters : Sheet trouve que le gangster Roma et l'homme d'affaires Flake se ressemblent. [Le sens du "Alors, si tu vendais ?" de Flake est le même que celui du "Haut les mains!" de Roma. ]

2

Arrière-boutique du restaurant d'Hnsborough Hindsborough
Fils d'Hindsborough
Butcher Flake
Flake et Butcher, membres du trust, ont racheté la société de Sheet : ils viennent en offrir les actions à Hindsborough. Celui-ci hésite, puis accepte.
Ecriteau  

3

Pari Mutuel de la 122ème rue Arturo Ui
Roma
Nini fleur des quais
Ragg Bowl
Gori
Arturo Ui se plaint que la ville l'oublie. Il attend, ses hommes se morfondent. Roma expose son plan de racket des marchands de choux. Il apprend à Arturo que le conseil municipal a voté un prêt au trust, sur la recommandation de l'incorruptible Hindsborough. L'argent prêté a été détourné. Arrive Gori avec Bowl (ancien bras droit de Sheet, congédié par Hindsborough). Bowl explique que Sheet, son ancien patron, a dû vendre son entreprise de transport au trust, qui l'a cédée à Hindsborough. Celui-ci, en échange, a fait voter le prêt par la ville. Hindsborough est donc corrompu, lui aussi. Arturo Ui compte bien en profiter.
Ecriteau  

4

Maison de campagne d'Hinsborough Hindsborough
Hindsborough Junior
Domestique
Roma
Arturo Ui
Goodwill
Gaffles

Hindsborough est inquiet : il n'aurait pas dû accepter la maison de campagne. L'opposition au conseil municipal réclame des informations concernant l'argent remis au trust pour la construction de quais (argent que se sont partagé Clark, Butcher, Caruther, Flake et Hindsborough lui-même).

Dans un monologue, Hindsborough explique avec lyrisme ce qu'il aime dans sa maison de campagne.

Arrive Butcher, qui explique que le conseil municipal veut enquêter sur l'affaire des subventions.

Puis vient Arturo Ui, qui réclame sa protection à Hindsborough et lui explique comment il veut racketter les marchands de choux. Tour à tour suppliant et menaçant, il fait comprendre au vieil homme qu'il est au courant de toute l'affaire et pourrait tout à fait le dénoncer.

Arrivent Goodwill et Gaffles, membres du conseil de la ville. Ils racontent à Hindsborough que, par amour pour lui, la majorité vient de réclamer une enquête à son sujet. Ils expliquent que l'enquêteur de la ville (O'Casey) sait que c'est Sheet qui a reçu l'argent du prêt. [En fait, nul ne soupçonne que Hindsborough soit lié à la société de transport de Sheet].

Ecriteau  

5

A l'hötel de ville Butcher Flake Clark Caruther Mulberry
Hindsborough
O'Casey Gaffles Goodwill
Journalistes
Un garde du corps
Réunion du conseil municipal. Les hommes du trust s’inquiètent : Sheet n’acceptera jamais de se laisser condamner pour détournement de fonds publics à la place d’Hindsborough. On annonce la mort de Sheet. Le procureur O’Casey s’apprête à apporter le témoignage (Bowl) prouvant la complicité d’Hindsborough. Ui intervient et se présente comme collaborateur d’Hindsborough. Il accuse Sheet. Le procureur ne se laisse pas démonter. Très incisif, il accuse Hindsborough, que défendent Ui et Clark, au nom de la morale. Bowl, qui doit témoigner, est assassiné. L’accusation s’effondre. Ui est ravi. Pendant toute la scène, Hindsborough, proche du malaise, garde le silence.
Ecriteau  

6

Appartement d'Arturo Ui du Mammoth-Hôtel Deux gardes du corps
Un acteur
Arturo Ui
Gobbola

Un vieil acteur shakespearien, pauvre et saoul, donne à Arturo Ui des leçons de diction et de maintien. Il va lui apprendre « le grand style », à partir notamment du discours de Marc-Antoine contre Brutus devant le cercueil de César (Shakespeare).

Ecriteau  

7

Bureau du trust du chou-fleur Arturo Ui - Gori - Roma - Gobbola
Gardes du corps
Marchands de fruits et légumes
Clark
Nini fleur des quais

Discours d’Arturo Ui aux marchands de choux-fleurs, en présence de ses lieutenants, de Clark et d’Hindsborough. Ui met en pratique l’enseignement reçu de l’acteur. Discours violemment anti-syndical. Il dresse un tableau sombre de la situation et propose sa « protection » ; Clark intervient pour le soutenir. Des commerçants cherchent à contester le tableau dressé par Ui. Nini-Fleur des Quais vient « témoigner », elle se présente comme la veuve de Bowl et remercie Arturo pour sa sollicitude. Collecte et chanson au profit de la veuve. La séance est interrompue par l’annonce de l’incendie d’un entrepôt : celui du commerçant qui affirmait que le calme régnait.

Ecriteau  

8a-g

Tribunal Jounalistes
Juge
Attorney
Défenseur Hindsborough Junior
Gori Gobbola
Nini fleur des quais
Gardes du corps
Marchands
Accusé Filch

Procès de l’incendie des entrepôts.
a. Gori accuse Filch. Vaine intervention du défenseur.

b. Le défenseur interroge Hook ; la culpabilité de Gori est évidente.

c. L’attorney interroge Hook (qui a été brutalisé) : il se rétracte.

d. Nini-Fleur des quais accuse Filch de l’assassinat de son mari Bowl.

e. Le fleuriste Gobbola disculpe son subordonné Greenwool.

f. Le défenseur interroge l’accusé. On le drogue. Gori menace, le juge cède.

g. Condamnation de Filsh.
Ecriteau  

9a

A Cicero. Une femme

A Cicero, une femme dont le mari vient d’être assassiné, insulte Arturo Ui. Elle est mitraillée.


9b

Villa d'Hinsborough Hindsborough

Hindsborough lit le testament où figurent ses aveux.


10

Appartement d'Arturo Ui du Mammoth-Hôtel Arturo Ui - Gori - Gobbola- Roma
Gardes du corps
Clark
Mme Dollfoot

En présence d’Arturo Ui et de Gori, Gobbola fait la lecture du faux testament d’Hindsborough qu’il est en train de rédiger. Commentaires des trois hommes.
Arrive Roma ; violente dispute des trois lieutenants de Ui. Roma sort son arme et les deux autres quittent la pièce les mains en l’air.
Une fois seul avec lui, Arturo confie à Roma son nouveau rêve de conquête : Cicero. Mais Roma se plaint du journal de Dollfoot, le dirigeant de Cicero, qui l’accuse d’avoir assassiné Sheet. Roma reproche à Ui d’être le valet du trust. Il soupçonne le trust de comploter avec Dollfoot, Gori et Gobbola contre Arturo. Roma propose à son patron d’assassiner Hindsborough, Gori et Gobbola. Les deux hommes se donnent rendez-vous dans le garage.

Surviennent alors Clark, Gori et Betty Dollfoot. Ils apprennent à Ui que les réserves de la population de Cicero par rapport à Ui concernent en fait Ernesto Roma. Seul contre tous, Arturo refuse avec force de retirer sa confiance à son vieux compagnon.

Ecriteau  

11

Un garage Roma Gobbola
Arturo Ui
Le jeune Inna
Un homme de main
Un petit homme
Gardes du coprs

Roma et le jeune Inna attendent Arturo, qui tarde un peu. Des voitures de police arrivent : Roma croit que Gobbola et Gori ont trahi Ui ; il veut aider son patron. Mais celui-ci arrive en compagnie de Gobbola. Au moment où il lui serre la main, Gobbola abat Roma. Tous ses hommes sont ensuite abattus à la mitraillette.

Ecriteau  

12

Magasin de fleurs de Gobbola Ignace Dollfoot
Betty Dollfoot
Gori Gobbola
Arturo Ui
Betty essaie de convaincre son mari que, Roma étant mort, Ui est devenu inoffensif et fréquentable. Elle n'y arrive pas. Arrivent Ui et Gobbola. Ui s'efforce d'amadouer Dollfoot, et lui demande à demi-mot que ses journaux évitent d'évoquer les crimes commis par ses hommes.
Conversation parallèle : Dollfoot /Gobbola (sur les fleurs) ; Ui/Betty (sur le pouvoir et la violence).
Ecriteau  

13

Mausolée de Cicero

Betty Dollfoot
Clark
Arturo Ui
Gori Gobbola
Voix du pasteur
Mullberry

Enterrement de Dollfoot. Clark et Mullberry reprochent à Gori et Gobbola le meurtre de Dollfoot. Ils sont éconduits. Ils regrettent d'avoir fait appel à Ui.
Ui offre sa protection à Betty Dollfoot, qui la rejette fièrement.

Ecriteau  

14 Appartement d'Arturo Ui du Mammoth-Hôtel Ui
Fantôme de Roma
Gardes du corps
Le fantôme de Roma accable Arturo Ui de reproches.

15

 

La city Marchands de Chicago
Marchands de Cicero
Ui Gori Gobbola
Clark
Betty Dollfoot
Gardes du corps
Assemblée des marchands de légumes de Chicago.
Ils se plaignent de Ui et sa bande, mais personne n'ose se révolter.
Arrivent ceux de Cicero. Ils ont cédé par peur et attendent que d'autres réagissent.
Arrivent Ui, Clark et les autres. Clark annonce la fusion des commerces de Cicero et du trust du chou-fleur.
Discours de Ui : Hindsborough est mort, dans son testament "il me nomme son fils" , et les marchands sont maintenant protégés par lui. Après avoir fait parler Betty Dollfoot, il demande un vote "libre" en sa faveur ("Tous ceux qui sont pour Ui, les mains en l'air !").
Tout est au mieux : Ui et les siens peuvent maintenant partir à la conquête d'autres villes.
Ecriteau  
Epilogue     "Vous, apprenez à voir, etc. "

 

 Martin Wuttke dans La résistible ascension d'Arturo Ui, mise en scène de Heiner Müller, Berliner Ensemble 
 " Le ventre est encore fécond... " (Epilogue)

Bref résumé

 

La situation économique n’est pas très bonne à Chicago. Voyant ses revenus baisser, le trust du chou-fleur, dirigé par le très aristocratique Clark, décide de tâcher d’obtenir de l’argent par le biais de subventions de la ville. Pour cela, il lui faut obtenir la complicité du vieil Hindsborough, responsable politique respecté que le trust a toujours soutenu. Mais Hindsborough semble incorruptible. Ayant fait main basse sur la société de transport de Sheet, Clark et ses alliés offrent la moitié des actions de la société à Hindsborough, qui finit par accepter. Il reçoit également une maison de campagne.

De son côté, le chef de gang Arturo Ui cherche à s’immiscer dans le trust. Son heure arrive le jour où un de ses associés lui amène Bowl, ancien collaborateur de Sheet congédié par Hindsborough. Bowl apprend à Ui qu’Hindsborough s’est laissé corrompre et a soutenu contre pots de vin l’attribution de subventions au trust par la ville (lesquelles subventions ont en fait été détournées). Arturo Ui se rend chez Hindsborough, et lui fait comprendre qu’il est au courant de l’affaire et pourrait tout dévoiler. Il parvient de la sorte à imposer sa présence dans le trust. Son projet est en fait de racketter les marchands de choux-fleurs de Chicago, leur imposant une « protection » - lourdement rémunérée - contre de soi-disant violences.

L’ascension d’Arturo Ui commence.

La vérité sur l’attitude d’Hindsborough risque d’être dévoilée lors d’une réunion agitée du conseil municipal. Mais les deux témoins gênants possibles (Sheet et Bowl) sont assassinés par les hommes de Ui, qui assure par là son pouvoir sur le trust.

Il prend maintenant des cours de diction et de maintien ; puis, soutenu par Clark, il harangue les marchands de choux-fleurs de Chicago, dans un discours où se conjuguent démagogie et intimidations. Un marchand qui tente de contester les affirmations d’Arturo voit ses entrepôts brûlés. Au terme d’une parodie de procès, dominé par la violence des hommes de Ui, c’est un innocent, drogué par un médecin comparse, qui sera condamné.

Hindsborough est mourant. Gori et Gobbola, lieutenants de Ui, rédigent un faux testament au terme duquel le pouvoir sur Chicago sera confié à Arturo Ui. Mais les ambitions du gangster dépassent maintenant la ville, – il souhaite s’emparer de Cicero, ville dirigée par  Ignace Dollfoot, dont la presse est très sévère à l’égard des méthodes du trust et d’Arturo.

Les tensions sont vives entre les trois lieutenants de Ui : Gori, Gobbola et Roma. Roma sera finalement éliminé pour faciliter la conquête de Cicero. Les gangsters assassinent ensuite Dollfoot, assurant ainsi à Arturo le pouvoir total sur le commerce du chou-fleur dans les deux villes.

Tout est désormais en place pour la conquête d’innombrables autres cités.

 

 

 

 

La capitale du Se-Tchouan, qui est à demi européanisée

 

Prologue

Monsieur Wang, marchand d’eau, a appris que les dieux descendaient sur terre, à la recherche d’une personne bonne. Ils ont choisi le Se-Tchouan pour mener leur enquête. Aux portes de la ville, il voudrait être le premier à les rencontrer.

Les voilà. Fatigués, ils expliquent à Monsieur Wang qu’ils cherchent un gîte pour la nuit. Le marchand d’eau est sûr qu’ils seront très bien reçus chez les puissants de la ville. Il frappe à une porte, une deuxième, une troisième ; il s’adresse à des passants. Chaque fois, il essuie un refus. Finalement, il va trouver Shen-Té, une prostituée qui attend un client. Elle accepte volontiers de recevoir les dieux et leur offre l’abri pour la nuit dans sa petite chambre. Les dieux sont contents d’avoir rencontré cette bonne personne.

Mais, comme Monsieur Wang,  Shen-Té n’est pas du tout sûre d’être bonne : elle explique que, pressée par la nécessité, elle ne peut éviter d’enfreindre les règles de la morale. Entendant cela, les dieux se concertent : pour la remercier, et pour l’aider, ils décident de lui remettre une somme d’argent.

Tableau 1

Un petit débit de tabac

Avec l’argent donné par les dieux, Shen-Té a pu acquérir un petit débit de tabac. Arrive l’ex-propriétaire, Madame Shin, qui est pauvre et affamée, – Shen-Té lui donne du riz. Puis un chômeur, à qui elle donne quelques cigarettes. Puis l’ancien logeur de la jeune femme, pauvre lui aussi, accompagné de sa femme et d’un neveu. Shen-Té leur offre le gîte. Puis c’est au tour d’un menuisier, qui vient réclamer son dû : Madame Shin (qui entre-temps s’est esquivée) ne lui a pas payé les étagères qu’il a installées. Il menace Shen-Té de l’huissier. Les anciens logeurs de Shen-Té lui donnent alors l’idée de s’inventer un cousin qui paiera la facture, – demain.  Shen-Té invente Shui-Ta. Le menuisier est satisfait.

Se présentent ensuite le frère de la logeuse et sa belle-sœur, enceinte. Shen-Té les accueille chez elle. Puis c’est la propriétaire de la maison, Madame Mi-Tsu, qui se présente avec le bail à signer. Elle demande des références à Shen-Té. Celle-ci ne trouve personne d’autre que Shui-Ta, le cousin imaginaire. Arrivent enfin d’autres membres de la famille de l’ex-logeur : « Grand-Père », le « petit garçon », et « la nièce ». Tout ce monde, « la famille de huit personnes », va maintenant s’installer chez Shen-Té. Ils se servent en cigarettes et se mettent à chanter « la chanson de la fumée », sur la misère des misérables. Le tableau s’achève avec l’arrivée de « la tante » et « les autres ».

Shen-Té conclut :

« La petite barque de sauvetage
Est tout de suite attirée vers le fond :
Trop de naufragés
S’agrippent à elle avidement. « 

Intermède

Sous un pont

Monsieur Wang s’est caché sous un pont. Les dieux le retrouvent et lui expliquent que Shen-Té les a aimablement accueillis. Ils le renvoient chez elle afin de l’aider à rester bonne. Quant à eux, ils continuent leur voyage à la recherche d'autres personnes bonnes.

Tableau 2

Le débit de tabac

Réveil de la famille de l’ex-logeur, qui s’est installée chez Shen-Té. Arrive Shui-Ta. La famille se prépare à déjeuner. On envoie l’enfant voler des gâteaux chez le boulanger d’en face. Shui-Ta explique que Shen-Té s’est absentée, et qu’ils vont devoir quitter les lieux. Le menuisier se présente alors pour endosser sa dette, menaçant d’emporter les étagères. Mais Shui-Ta refuse de payer les 100 $ qu’on lui réclame. Il préfère voir partir les étagères. Le menuisier, désespéré, accepte finalement de n’être payé que 20 $.

Shui-Ta explique ensuite à nouveau à la famille qu’elle doit s’en aller. Essuyant un refus, il engage la conversation avec le policier de faction dans la rue et le fait entrer, de sorte qu’il est finalement témoin du retour de l’enfant voleur. Toute la famille est emmenée au poste et quitte ainsi la maison.

Arrive la propriétaire, qui exige le paiement anticipé d’un semestre de loyer, et réclame 200 $. Shui-Ta essaie de négocier, en vain. Mais la propriétaire change d’avis lorsqu’elle voit le policier remercier Shui-Ta pour son aide, et proposer une solution pour Shen-Té : qu’elle se trouve un mari. Le policier rédige alors une annonce matrimoniale qu’il remet à Shui-Ta.

Tableau 3

Le soir au parc municipal

Un jeune homme cherche un arbre pour se pendre. Arrivent deux prostituées, dont la nièce de « la famille de huit personnes ». Puis Shen-Té passe : elle se rend chez le veuf avec lequel elle va se marier. Elle fait connaissance avec le jeune homme, un aviateur en chômage, qui n’a ni bu ni mangé depuis deux jours. Ils se racontent qui ils sont. Il pleut.

Le marchand d’eau arrive, et chante «la chanson du marchand d’eau sous la pluie ». Il converse avec Shen-Té, qui veut lui acheter de l’eau, malgré la pluie. C’est pour l’aviateur qu’elle achète cette eau.

Intermède

Le gîte de Wang dans un conduit d’égoût

Le marchand d’eau, en rêve, cause avec les dieux. Il leur explique combien Shen-Té est bonne avec tous. Il leur parle du cousin. Apprenant que celui-ci n’a pas payé le menuisier, les dieux se fâchent : il faut régler ses dettes. Et pourtant : le cousin est un homme d’affaires honorable. Mais « les affaires n’ont rien à voir avec une vie honnête et digne », disent les dieux. Ils s’en vont, fâchés.

Tableau 4

La place devant le débit de tabac de Shen-Té

Madame Shin et la belle-sœur se plaignent que Shen-Té « s’absente des nuits entières ». Monsieur Shu-Fu le barbier sort de son échoppe en chassant Monsieur Wang qui cherche à vendre de l’eau. Il le frappe violemment sur la main. Arrive Shen-Té, amoureuse : elle vient de chez Sun. Elle distribue du riz. Shu-Fu la trouve belle.
Shen-Té achète un châle chez le vieux marchand de tapis. Le vieux et sa femme sont « de bonnes personnes » : ils prêtent à Shen-Té les 200 $ qui lui permettront de payer son prochain loyer. On encourage Monsieur Wang à aller chez le juge pour dénoncer le barbier, mais personne ne veut témoigner. Shen-Té se fâche : « On fait violence à votre frère, et vous fermez les yeux ! », et décide alors de faire un faux témoignage.
Arrive la mère de Sun l’aviateur. Il a besoin de 500 $ pour pouvoir voler à nouveau. Shen-Té lui donne les 200 $ qu’elle vient de recevoir. Pour le solde, elle vendra son stock de tabac.  

Intermède

Devant le rideau

Tout en se déguisant en Shui-Ta, Shen-Té chante la « Chanson de la vulnérabilité des dieux et des bons « . Impossible de rester bon en ce monde si on veut manger à sa faim. Pourquoi les dieux n’imposent-ils pas un ordre juste par la violence ?

Tableau 5

Le débit de tabac

Madame Shin fait part à Shui-Ta de ses inquiétudes quant à la relation entre Shen-Té et Sun, d’autant plus que le riche Shu-Fu éprouve de l’inclination pour la jeune femme. Sun arrive, Madame Shin part se cacher.

Sun veut vendre la boutique en échange des 300 $ dont il a besoin. Son but est de soudoyer un chef de hangar dont l’intervention lui permettrait d’être engagé comme pilote. Il prendrait la place d’un père de famille qu’on accuserait d’une faute quelconque. Sun n’ignore pas que la vente de la boutique va ruiner Shen-Té. Shui-Ta accepte le principe de cette vente. Arrive Madame Mi-Tsu. Shui-Ta voudrait vendre la boutique pour 500 $, ce qui lui permettrait de rembourser le prêt qu’ont accordé les vieux marchands. Mais Sun n’en a cure et accepte la vente pour 300  $.

Shui-Ta/Shen-Té comprend que Sun veut partir pour Pékin sans elle et l’abandonner ici, seule et sans ressource. Shui-Ta insiste pour récupérer les 200 $ ; mais Sun se fait fort de convaincre Shen-Té, qu’il sait éperdument amoureuse, en faisant appel à "l'aiguillon de la chair".

Sun sorti, Shui-Ta se désole : l’amour est un malheur, qui rend ses victimes vulnérables et met en péril leur survie. Madame Shin part chercher le barbier amoureux de Shen-Té, qu’elle veut mettre au courant de la situation. . Apprenant que celle qu’il aime est en train de tout perdre par excès de bonté, le barbier Shu-Fu offre de mettre ses maisons à sa disposition pour qu’elle puisse accueillir les sans-abris.

Wang et le policier arrivent alors, pour arrêter Shu-Fu. Ils veulent que Shen-Té témoigne, mais Shui-Ta leur annonce qu’elle ne le fera pas, n’ayant pas été témoin des faits. Le policier déboute Wang, l’accusant d’escroquerie et de diffamation.

Après leur départ, Shu-Fu s’assure que la relation entre Shen-Té et Sun est bien terminée. Sortie de sa cachette, Madame Shin le félicite pour ses fiançailles.

Arrive Sun. Shui-Ta est redevenu(e) Shen-Té. Furieux quand il apprend ses fiançailles, Sun a tôt fait de la  reconquérir : elle abandonne Shu-Fu et part à la suite de celui qu’elle aime.

Intermède

Devant le rideau

Shen-Té est en toilette de mariée. Elle explique : elle a promis aux vieux marchands de tapis de leur rendre maintenant l’argent prêté. Elle s’effraie de ce qu’elle fait. Mais elle ne peut pas résister à Sun. Et finalement, pourquoi pas ? Les dieux veulent qu’elle soit bonne aussi pour elle-même. En plus, elle sait que Sun l’aime, et qu’il aura pitié des deux vieux quand il saura leur situation. Sur le chemin de la noce, elle « hésite entre la crainte et la joie ».

Tableau 6

L’arrière-salle d’un restaurant bon marché dans le faubourg

Mariage de Sun et Shen-Té. Sun et sa mère sont inquiets car Shen-Té ne veut pas vendre la boutique. Il faut absolument que Sun ait les 500 $.

On boit du vin, en attendant Shui-Ta qui ne vient pas. Le bonze qui doit  célébrer la noce s’impatiente.   

Shen-Té essaie de convaincre Sun de rester dans la ville et de vendre du tabac, mais lui refuse de vivre dans cette ville « de canassons ». Il attend Shui-Ta et les 300 $. Shen-Té lui annonce que Shui-Ta ne viendra pas. Le désaccord persiste entre Shen-Té et Sun sur la somme à rembourser. Le bonze, las d’attendre, s’en va. Il n’y a plus de vin, tout le monde quitte les lieux.

Sun chante « la chanson de la Saint-Glinglin ».

Intermède

Le gîte de Wang

Rêve de Wang. Les dieux apparaissent. Wang parle d’un livre qu’il a lu, où les arbres d’un bosquet sont condamnés à mort à cause de l’utilité. De son histoire il conclut : « Le plus méchant, c’est le plus humain ».   Il se désole que Shen-Té soit condamnée à échouer dans son amour parce qu’elle est trop bonne.

Wang voudrait que les dieux interviennent pour remettre de l’ordre. Mais pour eux, il n'en est pas question : ce serait trop dangereux, et puis la souffrance peut être rédemptrice. Tension entre les dieux. Le troisième propose quand même d’aider Shen-Té. Mais non disent les autres, car souffrir purifie l'être humain. Shen-Té est en tout cas leur seul espoir, car ils ne parviennent pas à trouver de personne bonne, et en plus ils sont mal logés.

Les dieux refusent donc d’aider Wang. Aagir pour changer le monde n'est pas dans leur projet : ils sont des contemplatifs, convaincus que « sur cette terre de ténèbres, notre bonne personne trouvera sa voie ». Ils disparaissent.

Tableau 7

Une cour derrière le débit de tabac de Shen-Té

Madame Shin se demande comment Shen-Té va vivre maintenant, sans  mari ni domicile. Elle s’étonne de voir le pantalon de Shui-Ta sécher sur un fil. Arrive Monsieur Shu-Fu qui se désole du naufrage de la bonté, couvre Shen-Té de compliments et lui remet un chèque en blanc. Madame Shin ne comprend pas qu’elle n’encaisse pas tout de suite le chèque, qu’elle ne se  marie pas avec Shu-Fu, et qu’elle continue à excuser Sun  (« Tout ça vient de la misère », dit Shen-Té pour excuser Sun).

Soudain Shen-Té est prise d’un vertige, – elle est enceinte. Elle présente son fils au public, puis lui fait découvrir le pays. Ils volent des cerises.

Arrive Monsieur Wang, qui confie à la jeune femme un enfant du menuisier, lequel est maintenant ruiné. Shen-Té lui annonce que cet enfant habitera, comme elle, dans une baraque de Shu-Fu. Elle donne sa voiture à Wang, pour qu’il puisse se payer le médecin. Un couple qui était présent à l’inauguration du magasin arrive et poursuivi par la police, il confie à Shen-Té le seul bien qui lui reste, trois ballots de tabac. Shen-Té accepte de les stocker, malgré le risque que cela présente.

Puis elle voit le fils du menuisier chercher de la nourriture dans la poubelle. Le sort des enfants  pauvres la met en colère, et elle prend le public à partie. Désormais, elle ne sera plus bonne que pour son fils, et dure avec les autres.

Elle pénètre dans le débarras pour se transformer en Shui-Ta. Arrivent la belle-sœur, le grand-père et le sans-travail, avec Madame Shin. Celle-ci se plaint des maisons de Shu-Fu, qui sont pourries, et commente sans pitié la ruine de Shen-Té.

Monsieur Wang arrive avec le menuisier. Ils remercient l’enfant qui a demandé un toit à Shen-Té.
Arrive Shui-Ta. Il annonce que les maisons de Shu-Fu ne sont pas libres, et que le menuisier ni ses enfants ne pourront y loger. Ni non plus la belle-sœur et les autres. S’ils veulent un logement, il faudra qu’ils travaillent pour Shen-Té : ils devront fabriquer du tabac, à partir des trois ballots. La belle-sœur refuse.

La propriétaire arrive. Shui-Ta ne veut plus vendre la boutique à Madame Mi-Tsu. Il n’a plus besoin des 300 $, puisqu’il va encaisser le chèque de Shu-Fu (10 000 $).

La belle-sœur reconnaît les ballots qui étaient les siens. Mais Shui-Ta lui fait comprendre qu’ils sont à lui maintenant, à moins bien sûr qu’elle ne veuille aller au bureau de police… Ils se dirigent tous vers les maisons de Shu-Fu. Madame Shin s’interroge sur la disparition du pantalon de Shui-Ta que Shen-Té avait mis sécher.

Intermède

Le gîte de Wang

Rêve de Monsieur Wang. Il a vu que Shen-Té avait du mal à transporter le « ballot des préceptes ». Il demande aux dieux un petit rabais sur les préceptes. Mais les dieux refusent : ce qu’il propose comme amendement serait pire encore, selon eux.

Tableau 8

La fabrique de tabac de Shui-Ta

Récit de Madame Yang : comment de mauvais garçon son fils est devenu en trois mois un employé modèle.

Elle est intervenue auprès de Shui-Ta pour qu’il pardonne le non-remboursement de la dette et qu’il engage son fils à la manufacture (Flash-Back 1). Un épisode montre Sun venant en aide au menuisier fatigué (Flash-Back 2). Puis lors de la paie, il signale qu’il a reçu un dollar de trop. « Fort et honnête », il se prévaut d’être, en plus, intelligent. (Flash-Back 3). Plus tard, il est devenu un contremaître exigeant et craint. (Flash-Back 4). Un ouvrier chante « la Chanson du huitième éléphant » : le huitième est celui qui fait travailler les autres au profit du maître.

Madame Yang fait l’éloge de Monsieur Shui-Ta, qui a conduit son fils à « travailler honnêtement ».

 

Tableau 9

Le débit de tabac de Shen-Té

Les vieux marchands de tapis ayant été remboursés, ils cherchent Shen-Té. En présence de Madame Shin, Shui-Ta/Shen-Té a de nouveau un vertige. Madame Shin est au courant de la grossesse. Shen-Té s’inquiète : il ne faut pas que son enfant rencontre Shui-Ta.

Entre Sun, en homme d’affaires. Il voit Shui-Ta dans les bras de Madame Shin et s’interroge : est-il malade ? Sun s’inquiète de la négociation avec Shu-Fu. Les baraques sont trop humides, ce qui n’est pas bon… pour le tabac. La propriétaire, Madame Mi-Tsu, est également difficile à convaincre. Mais Sun possède des arguments efficaces avec la dame (il compte lui « tapoter les genoux »). Shui-Ta n’accepte pas cette stratégie et exige que son employé fasse preuve de « froideur commerciale ». Sun trouve que Shui-Ta est mélancolique quand il pleut.

Arrive Wang, qui, par ce temps, ne vend pas d’eau. Il demande à Shui-Ta l’adresse de Shen-Té, pour laquelle les gens du quartier s’inquiètent, – on ne l’a pas vue depuis 6 mois. Ils pensent qu’elle n’est pas partie, car on retrouve à nouveau du riz devant sa porte. Wang évoque la grossesse de Shen-Té, Sun est stupéfait. Shen-Té entre dans le débarras. Sun, au public, manifeste sa réprobation de l’attitude de Shui-Ta à l’égard de Shen-Té. Entendant des sanglots dans le débarras, il pense que Shui-Ta séquestre sa cousine.

Shui-Ta sort du débarras : il écoute la pluie, voudrait entendre un avion, mais il pleut trop fort.

Sun fait part à Shui-Ta de ses soupçons et réclame le pouvoir dans la firme. Il menace de venir fouiller le débarras avec la police. Inquiet pour Shen-Té, il voudrait la tenir dans ses bras. Il sort.

Entre la propriétaire, visiblement éprise de Sun, et Shu-Fu, qui exige de revoir Shen-Té. Shui-Ta lui promet qu’elle sera de retour,  dans trois mois. Il a besoin de l’accord de Shu-Fu pour développer la manufacture : Shu-Fu ne le donnera pas avant le retour de Shen-Té. Quant à Madame Mi-Tsu, elle ne donnera ses locaux pour l’entreprise que si Shen-Té lui cède Sun, son fondé de pouvoir. Shui-Ta accepte. Shu-Fu est ravi. Shui-Ta annonce la création de 12 belles boutiques.

Entrent Sun, Wang et le policier. Suite à la dénonciation de Sun, qui dit avoir entendu un sanglot, le policier veut visiter le débarras. Il est vide. Mais Sun voit le baluchon de Shen-Té sous la table.  Wang montre à la foule les vêtements de la jeune fille. La foule accuse « le roi du tabac qui a assassiné Shen-Té et l’a fait disparaître ». Shui-Ta est emmené au poste.

Intermède

Le gîte de Wang

Rêve de Wang. Conversation avec les dieux, épuisés et mal en point. Wang leur apprend que Shen-Té a disparu. Il pense que son cousin la retient prisonnière. Les dieux expriment leur désespoir : « Partout misère,  bassesse et abandon. (…) Même le paysage nous a abandonnés ». Il faut renoncer à la morale, le monde est inhabitable, les hommes ne valent rien. Finalement, le premier dieu  rappelle à l’ordre ses congénères : une seule bonne personne suffit . Ils repartent à sa recherche.

Tableau 10

Salle de tribunal

Le procès de Shui-Ta.

L’assistance  - Wang, le vieux, la belle-sœur - dénonce un procès truqué. Les juges ont été corrompus par la propriétaire et Shu-Fu.

Les juges arrivent : ce sont les trois dieux. Shui-Ta s’évanouit quand il les reconnaît.

Premier témoin : le policier. Témoignage plutôt favorable à Shen-Té et à Shui-Ta. Shu-Fu et la propriétaire prennent également la défense du cousin.

Puis interviennent les témoins à charge : Wang, le menuisier, le vieux couple, le sans-travail, la belle-sœur, la jeune prostituée. Les accusations fusent, Shui-Ta se défend comme il peut et finit par se mettre tout le monde à dos.

Finalement, traqué, épuisé, il demande que tout le monde sorte et avoue aux dieux la vérité. Il enlève son masque. Pour dénoncer ensuite, dans une longue tirade, ce monde où on doit être méchant pour être bon. « C’est moi la méchante personne dont tout le monde ici a rapporté les méfaits ». Le premier dieu veut corriger : « La bonne personne dont tout le monde n’a rapporté que les bienfaits. «  Tension chez les dieux. Le premier, qui devient le porte-parole du trio, ne veut pas voir la duplicité de Shen-Té : c’est juste un malentendu, Shen-Té s’en sortira, elle est robuste. Le monde ne doit pas être changé.

C’est trop compliqué : ils repartent sur un petit nuage rose. « Adieu, bonne chance ! « Devant l’effroi de Shen-Té, qui va se retrouver devant tous ses problèmes, ils ont pour seule réponse : « Tu le peux. Contente-toi de faire le bien et tout ira bien ! ». Les dieux repartent : « Qu’elle soit louée, qu’elle soit louée | C’est la bonne âme du Se-Tchouan ! ».  Shen-Té est désespérée.

 

EPILOGUE

Un acteur

Ce n’est pas un vrai dénouement, il est trop amer. Les questions ne sont pas résolues. Les acteurs ont besoin du public. Il faut trouver la fin de l’histoire.

 

 

Ce résumé est extrait de : Kurt WEILL, Grandeur et decadence de la ville de Mahagonny, Paris, L’Avant Scène Opéra, n° 166, 1995 (pp.8-9).

 

 

ACTE I

 

On recherche Léocadia Begbick, Moïse la Trinité et Fatty le Fondé de Pouvoir. Tous trois sont en fuite.  

N° 1 - Fondation de la ville de Mahagonny. Une contrée désertique. Un gros camion délabré tombe en panne. Léocadia Begbick, Moïse la Trinité et Fatty le Fondé de Pouvoir, en route vers les mines d'or de l'Ouest américain, sont contraints de modifier leurs plans. Ils décident de fonder une « ville-piège » paradisiaque. 

N° 2 - Rapidement, dans les semaines qui suivent, surgit une ville...   Apparaissent Jenny et six filles en quête d'hommes et de dollars.  

N° 3 - La nouvelle atteint les grandes villes. Fatty et MoÏse, en bon représentants, vantent les qualités de la vie à Mahagonny.  

N° 4 - Les mécontents de tous les continents affluent à Mahagonny. Arrive un groupe de bûcherons de l'Alaska: Jim Mahoney, Jack O'Brien, Bill - surnommé Billy Tiroir-Caisse - et Joe le Loup d'Alaska.  

N° 5 - Arrive un certain Jim Mahoney... Jim et ses amis sont accueillis à Mahagonny par les trois fondateurs de la ville. On leur prodigue boissons et filles au meilleur prix.  

N° 6 - Jim et Jenny. Un dialogue privilégié se noue entre Jim et Jenny. 

No 7 - Toutes les grandes entreprises ont leurs cri§es. Les visiteurs se font rares, les prix chutent. L'insatisfaction règne, malgré le confort apparent. 

N° 8 - Tous ceux qui cherchent vraiment sont déçus. Les plaisirs de   Mahagonny et l'abondance des biens ne suffisent plus au bonheur de Jim. Il veut partir, mais ses amis le ramènent à Mahagonny.  

N° 9 - L'Art éternel. Jack croit avoir trouvé « l'Art éternel », Jim rêve avec nostalgie du monde pur des forêts de l'Alaska. Il constate que Mahagonny n'existe que parce que le monde est mauvais.  

 N° 10 - Un cyclone se dirige sur Mahagonny. De l'avant-scène surgissent femmes, enfants, animaux, avec des chariots et des bagages. Les lumières s'éteignent, le vent s'élève, la population s'enfuit, prise de panique. 

N° 11 - Au cours de cette nuit, Jim découvre les lois du bonheur humain. Tous sont désespérés, sauf Jim, qui proclame l'abolition de tous les interdits. Le mot d'ordre de la ville est désormais: « Fais ce qui te plaît ». Les habitants de Mahagonny s’adonnent à la liesse générale, tandis que le cyclone progresse inexorablement vers la ville.

 

ACTE II

 

N° 12 - Au tout dernier moment, le typhon contourne Mahagonny. La ville est sauvée. Les habitants laissent éclater leur soulagement. A compter de ce jour, leur devise devient : «Tout est permis  »...

N° 13 - Grande animation à Mahagonny, peu après le grand ouragan. Quelques mois plus tard, Mahagonny connalt la prospérité. Quatre «tableaux de moeurs, illustrent l'abolition des interdits. Dans le premier, intitulé " Se remplir la panse ", Jack mange et mange. . . à en mourir.

N° 14 - Faire l'amour. Second tableau, devant le bordel de Mandelay. Les hommes font la queue. Begbick et Moïse veillent aux affaires.  

N° 15 - Se battre. Troisième tableau. Joe le Loup d'Alaska se risque à un combat de boxe contre Moïse la Trinité. Jim Mahoney mise tout son argent sur son ami, en souvenir des jours anciens. Joe tombe, victime d'un K.O. mortel. Moïse a gagné, Jim a perdu sa mise. La foule se disperse, déçue. 

N° 16 - Boire. Dernier tableau. Jim n'a plus un sou mais offre une tournée générale. Au plus fort de l'ivresse, il construit avec Bill et Jenny, à l'aide de la table de billard et d'une tringle à rideau, un bateau sur lequel ils « embarquent » pour une traversée mouvementée. Leur fuite illusoire est brutalement interrompue : la Begbick présente sa note à Jim, qui n'a pas de quoi payer. Ni Bill ni Jenny n'acceptent de lui prêter de l'argent. Jim est fait prisonnier, et la vie reprend son cours.  

 

ACTE III

 

N° 17 - Un jour maudit. Enchaîné à un lampadaire, seul dans la nuit, Jim laisse éclater sa détresse et sa peur du jour prochain.  

N° 18 - Les tribunaux de Mahagonny n'étaient pas pires que les autres. Présidé par la veuve Begbick, avec Fatty au banc de la défense et Moïse en avocat général, le procès s'ouvre. Tobby Higgins, accusé de meurtre, est acquitté, puisqu'il a grassement acheté le tribunal. Jim, poursuivi « pour manque d'argent », le pire des crimes à Mahagonny, demande à Bill de lui prêter cent dollars. Celui-ci refuse. Jim est condamné à mort. Rêvant d'une ville idéale, les habitants de Mahagonny croient l'avoir trouvée en Bénarès. Ils apprennent avec effroi qu'elle a été détruite.  

N° 19 - Exécution et mort de Jim Mahoney. En compagnie de Jenny, Jim observe un vol de grues. Avant d'être exécuté, il reconnaît que son destin était déjà scellé quand il est venu dans cette ville pour s'acheterde la joie.  

N° 20 - Jeu de Dieu à Mahagonny. La fin de Mahagonny est proche. Sous une forme allégorique, il est démontré que l'existence de Dieu, tout comme sa menace de jeter les hommes en enfer, sont inutiles: les hommes sont déjà en enfer. Les habitants de Mahagonny manifestent dans la ville pour leurs idéaux, portant des pancartes. Tandis que sont présentés le corps de Jim et ses effets personnels, la foule envahit la scène et conclut: «On ne peut jamais rien pour personne ».  

 

 

 

Œuvre de John GAY (1685-1732)

 

Dans la version de Benjamin Britten, adaptée par Elsa Rooke [1].

 

Ouverture

 

Le gueux fait l’éloge de son opéra, puis on entend l’ouverture.

Il  présente ensuite les personnages de la pièce, dans l’ordre : Lucy, son père Lockit, Polly, Madame Trapes, Macheath, Madame Peachum, les hommes de Macheath, puis « ces dames de la Ville », et enfin Monsieur Peachum.

Acte 1

 

Filch fait part à son patron Peachum de l’aide que lui demandent des personnes qui vont passer en jugement (Black Moll, Tom Gagg, Betty Sly). Peachum  lui donne les réponses à leur communiquer. Il cherche ensuite dans sa bande quelqu'un  qu’il pourrait envoyer aux assises. Sa femme voudrait épargner ses hommes ; lui ne veut rien entendre. 

Madame Peachum informe ensuite son mari que leur fille Polly a de l’inclination pour Macheath. Pour Peachum, il n’est en tout cas pas question qu’elle se marie.

Peachum parti, sa femme demande à Filch ce qu’il sait des relations entre sa fille et Macheath.

Arrive Polly : elle sait ne pas tout donner à Macheath car elle risque de le perdre une fois qu’il aura  obtenu ce qu’il désire.

Discussion avec ses parents, qui apprennent qu’elle est mariée (après avoir cédé aux avances de Macheath et « par peur d’être grondée »). La maman défaille, le père cherche une stratégie à adopter.  Le problème : Macheath a sans doute plusieurs épouses, il y a donc un conflit à prévoir au moment de l’héritage lorsqu’il sera pendu, et ce sont les avocats qui se rempliront les poches. Les parents proposent à leur fille de dénoncer Macheath, afin  qu’il soit pendu et qu’elle devienne une riche veuve (tel est son « devoir filial »). Polly ne peut s’y résoudre et décide d’aider son mari à s’enfuir (même si elle sera malheureuse en son absence).

Entre Macheath (67). Scène d’effusion. Polly l’aime « comme dans les romans ». Et pour lui, « m’arracher à toi, c’est impossible. «  Polly lui apprend que ses parents en veulent à sa vie, et qu’elle et lui doivent provisoirement se séparer. Séparation déchirante.

Intervention du gueux (73), qui explique au public le changement de lieu et présente maintenant  la bande de Mackie. On se trouve dans une taverne près de Newsgate. Macheath informe ses hommes de son différend avec Peachum, il lui faut donc s’absenter quelque temps. Les hommes se retirent, arrivent « ces dames de la ville ». Macheath les salue et se prépare à une nuit de plaisirs. Jenny et Betty se mettent à le câliner et l’enlacent, puis donnent le signal à Peachum, venu arrêter le capitaine. Macheath est emmené, tandis que le père de Polly récompense les dames en jetant en l’air une poignée de pièces d’or.

 

Acte 2

 

Le gueux présente la prison de Newsgate et houspille le personnel qui doit installer le décor (« Alors, morveux, elle arrive cette prison ? »).

Lockit accueille Macheath dans la prison.  Resté seul, Macheath s’inquiète de la présence de Lucy, fille de Lockit, à qui il a promis de l’épouser. Elle arrive. Il lui promet le mariage, mais elle manifeste sa colère, sachant qu’il est déjà marié à Polly. Macheath  affirme que ce n’est pas le cas.

Changement de décor. Le gueux insulte à nouveau les techniciens. Il nous emmène chez Peachum et Lockit qui se partagent la prime pour la capture de Macheath. Puis les deux hommes se chamaillent (tout en s’appelant « frère ») et se menacent l’un l’autre de dénonciation de malversations. Finalement, ils se réconcilient.

Exit Peachum, arrive Lucy. Son père lui reproche de s’être amourachée de Macheath. Lucy proclame à nouveau sa volonté de sauver celui qu’elle aime. Arrive Polly. Les deux femmes se querellent et finissent par s’insulter. Arrivent les deux pères qui réprimandent brutalement leurs filles, chacun emmenant la sienne. Les deux filles réaffirment leur détermination à aimer Macheath.

Finalement, Lucy revient avec les clés de la prison et délivre celui qu’elle aime. 

Acte 3

 

Lucy doit s’expliquer face à son père. Il lui reproche de ne pas s’être fait payer pour délivrer Mackie, et  lui explique que Polly va "soutirer le magot" de son mari Macheath pour le faire pendre ensuite. Lucy dit sa rage contre Polly.

Le gueux nous conduit alors dans la maison de jeu où Macheath  retrouve ses hommes après  s'être échappé. Puis chez Peachum,  où  Lockit  et lui se partagent un butin. Arrive Madame Trapes, une « cliente », qui les conduit à Mackie contre rémunération.

On est maintenant dans la prison. Lucy, dévorée par la jalousie, se prépare à empoisonner Polly. Celle-ci arrive, aimable conversation, mais Polly refuse la boisson que lui propose sa rivale.

Arrivent Peachum et Lockit, avec Macheath. Les deux filles demandent à leurs pères respectifs d’épargner celui qu’elles aiment. Mais les pères restent intraitables : on le conduit au gibet. Survient alors l’annonce d’une amnistie générale, au grand dam du Gueux, qui voudrait une fin morale à l’histoire.  Macheath retrouve toutes ses femmes, dans l’allégresse unanime. Morale de l’histoire : « The wretch of today may be happy tomorrow ».

 

[1]  Benjamin BRITTEN, L’opéra du gueux, opéra en trois actes d’après John Gay, Arles, Actes Sud, 1999. Cette édition comporte quelques coupures dans le texte du 18ème siècle. Les airs chantés sont intacts. Le personnage du Gueux y est plus développé que dans l’original. Voir note d’Elsa Rooke p. 43. Pour l’édition originale, voir : John GAY, The Beggar’s Opera (1728), Edited by Br. Loughrey et O. Treadwell, London, Penguin Books, 1986.