En 1916, un lycéen d'Europe devait pouvoir expliquer pourquoi  "dulce et decorum est pro patria mori",  il est doux et beau de mourir pour la patrie.

Agé de 17 ans, l'élève Eugen Berthold Brecht, requis de développer ce sujet de dissertation, obtint la note insuffisante de 4/20.

Douze ans plus tard (et quatre après Homme pour homme ), il écrivait L'Opéra de quat'sous.

 

" Cela fait partie de leur dispositif de plonger dans une fange repoussante tout ce qui a fait notre grandeur (...) ; cela fait partie de leur dispositif d'annihiler tout ce que le peuple (...) possède de bravoure, de virilité, de sens du devoir, d'obéissance, de joie du sacrifice, précisément au moment où il a tant besoin qu'on l'aide à se rétablir."

Deutsche Tageszeitung, 1920, à propos de la Foire Internationale Dada,
cité par Wieland Herzfelde, dans Ralph JENTSCH, George Grosz, Pandora Publisher, 2013.

 

 

Ce site a principalement pour  objet la présentation de L'Opéra de quat'sous, comédie musicale dada de Bertolt Brecht et Kurt Weill, une des oeuvres majeures de l'Allemagne de Weimar.

 

Cruk

Cabaret dans l'opéra, le song de Jenny des pirates est aussi une mise en abyme de L'Opéra de quat'sous. Lire ici. 
[© MuTphoto / B. Braun]

 

 

" Brecht replied that he would heighten the crook’s make-up and render it more unpleasant. The romantic songs must be sung as beautifully as possible, but the falsity of this  “attempt at a romantic island where everything in the garden is lovely“ needed to be strongly underlined. "

Bertolt BRECHT, Entretien avec Giorgio Strehler (1955), in The Threepenny opera, London, Penguin Books, 2008.